frise
titre

À ce jour, le corpus des lettres de Filiger retrouvées se monte à 200 lettres, s’étalant de 1892 à 1909, se répartissant principalement entre des peintres (Verkade, O’Conor, Schuffenecker), des écrivains (Fargue, Jarry, Bois), son mécène, Antoine de La Rochefoucauld, et sa famille(Paul, Anna, Marie). Il existe aussi quelques fragments de lettres à Seguin et de Gourmont. Peu de lettres inversées ont été retrouvées(La Rochefoucauld). Ces lettres renseignent sur la vie du peintre, son travail créatif, mais surtout sur son « mal de vivre ».
À cette correspondance s’ajoutent quelques notes manuscrites du « dossier Breton » ou les annotations portées sur les entourages des Notations chromatiques des dernières années.
Plutôt que de se contenter de publier la correspondance avec une introduction et un appareillage de notes comme habituellement, il a semblé préférable d’y associer tous les documents du vivant du peintre, comme les articles critiques à propos des expositions ou des mentions du peintre dans d’autres correspondances.
Cette présentation par année, avec des évocations des divers contextes et des différentes relations du peintre, permettra de construire une biographie solide, indispensable à l’élaboration du catalogue raisonné.

correspondance

Lettre à Jules Bois, Le Pouldu, automne 1893. Collection particulière.